Faire face à la pandémie avec mon RAP.

J’ai grandi avec le hip-hop et j’en suis un éternel fan. J’ai moi-même passé des années à composer, enregistrer et remixer ce genre de musique. Les artistes hip-hop peuvent être critiqués pour de nombreuses raisons, telles que leurs comportements ou leur language cru. Il vaut tout même la peine de s’attarder à certaines des caractéristiques propres à ce mouvement afin d’en tirer certaines leçons, ou du moins, de s’en inspirer. Dans mon cas, j’y tire beaucoup de mon énergie, de ma résilience et de ma motivation. Et comme je le laisse présager dans le titre de cet article, je m’y tourne encoure plus aujourd’hui, à travers cette période stressante.
 
Le hip-hop est souvent synonyme avec un language explicite, ce qui peut être offusquant et repoussant pour certains, avec raison. Or, derrière ces paroles non polies se trouvent des individus qui disent les choses comme ils les voient et les vivent, sans filtre ni détour, et sans avoir peur des mots.
 
Si vous êtes diplomates, vaut mieux passer par dessus cette technique. Mais pour à peu prêt n’importe qui d’autres, et surtout en affaires, ce franc-parler et cette façon d’illustrer très concrètement les enjeux peuvent constituer un atout, lorsqu’utilisés à bon escient et à juste dose. N’y a-t-il pas là un peu de ce que nous admirons de nos politiciens, présentement, à travers la crise?
 
Ben Horowitz voit les choses ainsi également. Dans son livre The Hard Things About Hard Things, chacun des chapitres commence avec un extrait d’une chanson hip-hop donnant le ton au chapitre. (La liste de ces quelques titres peut être retrouvée sur Spotify!)
 
Certains extraits de chansons hip-hop m’inspirent de la même façon. La période que nous vivons nous exige de rester motivés, déterminés et résilients, dans un environnement qui met nos valeurs, notre endurance et notre gestion du stress à l’épreuve. Je retourne donc quotidiennement à certaines de ces courtes phrases, question de me préparer à faire face à la journée à venir.
 
En voici quelques unes, au cas où l’une ou l’autre parviendrait à vous inspirer ou à vous revigorer!
 

geazy
 
 

Want some advice, well here is my gift: you’re falling off, you should go speed up the process, go somewhere and find a high cliff (« Nothing to me » – G-Eazy)

Quand j’entend ce bout de chanson, je m’imagine le dire à un coronavirus. Il ne faut pas baisser la garde. Mais grâce à l’étonnante mobilisation sociale et politique dont nous sommes témoins, nous gagnerons la bataille et le virus tombera du « pic de la courbe. » Alors, je ne me prive pas de le lui dire (dans ma tête, j’espère qu’il n’est pas autour de moi quand même). Après tout, il n’est pas de taille. Il est mille fois plus petit que l’épaisseur d’une feuille de papier. Ce petit rituel me prépare à me défendre contre lui, toute la journée, à la pharmacie, afin qu’on le fasse enfin tomber de la falaise!


2chainz

 

If it wasn’t for the struggle, then I wouldn’t be me (« 4 AM » – 2 Chainz)

Même avec la motivation de G-Eazy, les journées sont néanmoins remplies de stress, d’imprévus et d’impatience. Mais comme le dit 2 Chainz, s’il n’y avait pas de combat à livrer, je ne serais pas le même. Alors, ne reculons pas devant le combat qui se dresse devant nous. Nous écrivons un petit bout d’histoire, et cette crise fera partie de la marque que nous y laisserons!


 

pushat

 

They say don’t let money change you, that’s how we know money ain’t you (« Come back baby » – Pusha T)

La pandémie n’a pas épargné les pharmacies et les cliniques. Les baisses de revenus se font sentir dans nos commerces également, et le milieu médical « communautaire » fonctionne au ralenti. Mais surtout, il peut devenir éreintant d’assurer la poursuite de nos opérations. À raison de plus de 70 heures par semaine, la pharmacie abritent quelques douzaines d’employés et des clients parfois malades, arrogants, impatients ou complètement insouciants face à la situation. Je suis pleinement conscient que les pharmacies tireront malgré tout leurs épingles du jeu plus facilement que bien d’autres entreprises pour qui c’est le désastre. Dans tous les cas, Pusha T me rappelle que mon identité, personnelle et professionnelle, doit outrepasser les considérations monétaires. Je transmet bien humblement cette pensée à ceux qui sont encore plus durement frappés.


nas

 

Whatever it is rent it – and never buy it, it’s all temporary possessions – we don’t own nothing on this earth but our soul, and that’s the lesson (« Highly Favored » – Nas)

Sur un ton un peu plus profond, Nas offre des paroles qui mènent à une réflexion face à la maladie et la mortalité à laquelle nous sommes confrontés quotidiennement. À quel moment est-ce devenu coutumier de regarder un graphique dénombrant des morts par milliers, en prenant une bouchée de son lunch? La tristesse nous rattrapera peut-être lorsque nous pourrons accorder une plus grande partie de nos pensées à tous ces décès. En attendant, en ces jours où les vêtements à la mode et les condos en Floride deviennent presque des vestiges d’une autre époque, nous ne pouvons plus échapper à une réalité élémentaire pour tous les vivants que nous sommes: il n’y a que votre « âme » qui ne vous appartienne vraiment… et de laquelle vous pouvez vous approcher à moins de 2 mètres!


DariusRucker

 

When was the last time, you did something for the first time? (« For the First Time » – Darius Rucker)

Ok, pas trop hip-hop comme chanson. J’ai 2 enfants, alors, tôt ou tard, je dois trouver de la musique plus appropriée au contexte familial! Cette chanson fait bien le travail. Mais surtout, elle amène un peu de positivisme à l’époque du confinement général. En effet, je vous pose la question; quand avez vous, pour la dernière fois, fait quelque chose pour la première fois? (Porter un masque pour faire l’épicerie ne compte pas.) Coincé entre 4 murs par un jour de pluie, il n’y a pas de meilleur moment pour faire en sorte que la réponse devienne « aujourd’hui »! Apprenez quelque chose de nouveau!


Through every dark night, there’s a bright day after that so no matter how hard it get stick your chest out, keep your head up, and handle it  (« Me against the world » – 2pac)

Cet extrait de 2pac n’a nullement besoin d’explications. En fait, je crois que tout le monde pourrait se retrouver à travers l’entièreté de cette chanson. Alors sur ce, je vous laisse aller faire votre propre liste de lecture « Me against COVID-19! »

Un avis sur « Faire face à la pandémie avec mon RAP. »

  1. jfsimoneau19

    Vraiment un bon texte, tu as une bonne plume. Un autre talent pour toi! Je me vois dans tes réflexions et je comprend ton amour pour cette musique. Le R&B fait aussi bcp de bien ces temps-ci, surtout le surprenant Bieber (lol!)

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s